Des billets sur l’actualité saisonnière des oiseaux, des observations naturalistes, des données inédites de baguage… vous pouvez également soumettre vos observations et photos.

Connaissez-vous l’espèce de vertébrés la plus fréquemment rencontrée sur les parcours du Parc du Marquenterre ? Est-ce la Foulque macroule, le Pigeon ramier ou encore la Mouette rieuse ?…

Eh bien non, avec environ 170 000 individus fréquentant le site par an, il s’agit de l’espèce humaine (Homo sapiens) qui arrive en tête ! 

Petit rappel sur notre phylogénie (place des organismes dans l’arbre du vivant) : notre espèce appartient à l’ordre des primates et à la famille des hominidés (dont font entre autres partis les gorilles et les chimpanzés). Se rappeler cette appartenance au règne animal est essentiel à la préservation de la nature. 

En effet, tous les impacts de l’activité humaine nous concernent également et chaque décision prise pour préserver une espèce ou un écosystème doit être réfléchie en nous positionnant comme tel, et non comme une entité supérieure ayant le contrôle de tous les paramètres de la nature. Cela permettra de préserver notre environnement et celui des autres espèces !

Texte : Jean Capelle / Illustration : Alexander Hiley

À la boutique, de nouveaux oiseaux migrateurs sont arrivés, façonnés avec soin et patience par Bonnie Graeber. Ancienne guide du Parc, cette angevine est passionnée par le vivant et l’art. Créés de ses mains, Fous de Bassan, Avocettes élégantes, Echasses blanches, Sternes avec leurs poussins naissent de la matière. 

Les figurines sont simples d’émotions et de vie, souvenirs de ses observations aux Septs Îles ou au Parc du Marquenterre. C’est sans nul doute le plaisir humble des yeux qui nous plonge dans nos observations sur le terrain, passées ou à venir. Allez : un vrai coup de cœur pour le Troglodyte et le Grimpereau des jardins… sans vous influencer ! 

Vous retrouverez ces figurines mises en valeur avec goût dans la boutique du Parc ou sur son site internet, “La Boutique du Rêveur” (une dénomination qui lui va si bien, et si, si, on a encore le droit de rêver !), à un prix abordable : lekiosquenature@outlook.fr.

Texte : Philippe Carruette

L’ensemble des équipes vous adresse ses vœux les plus sincères pour cette année 2024, empreinte de réussite et d’harmonie, portant en elle l’espoir d’une biodiversité et d’une nature toujours mieux préservées.

Encore une fois, cette année a été marquée par des rencontres significatives, allant au-delà de la célébration des 50 ans du parc. Les événements récents à l’échelle mondiale, qu’ils soient liés au climat, à la géopolitique, et dans un contexte de début d’extinction de la biodiversité, renforcent notre conviction quant à notre rôle au sein de la réserve, bien qu’insignifiant, mais porteur de sens !

En se sens, nos contributions vont se poursuivent modestement mais passionnément pour 2024 dans nos métiers de :

  • gestionnaire (d’un petit « jardiné » en comparaison du vaste territoire qu’occupent les oiseaux migrateurs)
  • observateur scientifique (en tentant d’y « accoucher » quelques analyses fiables face aux innombrables incertitudes)
  • porte-parole (par nos animations goutte-d’eau et services face aux défis planétaires)

Pour terminer, plus que jamais nous invitons chacun(e), à s’extraire en quelques parenthèses régulières du monde effréné pour respirer, sentir, écouter, contempler, et retrouver ainsi notre humanité, nos valeurs, notre temporalité, notre âme sensible. De ces parenthèses, construire un quotidien réconciliée avec notre propre matrice qui nous apporte tant ! … En nous laissant bercer par les douces mélodies optimistes et hivernales du rouge-gorge familier 🙂

Déployons nos ailes !

Les marées d’équinoxe ont eu lieu du 29 septembre au 3 octobre sous un ciel radieux et une quasi absence de vent. Que se soit pour des sorties guidées en baie ou dans les postes d’observation, le spectacle a été au rendez-vous ! 

La baie de Somme est devenue en tout début d’après-midi un grand lac calme. Plus de 8000 Huîtriers pie et 1785 Courlis cendrés privés de vasières se voient contraints de se poser sur les reposoirs du Parc. 

Les courlis, en cette période de repos forcé mais nécessaire, aiment avoir les pattes dans l’eau. C’est sur les prairies humides du poste 7 qu’ils trouvent leur refuge ancestral. 

Les huîtriers aiment plutôt avoir les pattes au sec sur de vastes bancs de sable. Mais leur reposoir traditionnel est sous l’eau aux postes 4 et 5… ce qui se sera avec le temps de plus en plus le cas.

En effet, le climat change, les sécheresses estivales s’accentuent, la pluviométrie se répartit différemment au fil des mois. Il faut donc garder cette précieuse eau de la fin du printemps à l’automne. Nous réfléchissons toutefois à créer des hauts fonds au poste 4 pour que des zones se découvrent tout de même sans avoir à trop baisser les niveaux d’eau des autres secteurs. 

Comme toutes les autres espèces, il faut que l’on comprenne, observe et s’adapte à ces changements irrévocables. Finalement, après bien des hésitations, les huîtriers se sont posés au poste 7 dans les prairies en arrière des Courlis cendrés.

Les Balbuzards, quant à eux, profitaient de l’absence de vent pour pêcher en mer et survoler le Parc avec de gros poissons tout frétillants dans les serres.

Texte : Philippe Carruette / Illustrations : Jean Bail

Un an qu’on l’attendait et déjà terminé ! Le Big Day s’est déroulé samedi 23 septembre. Ce fut une journée riche en émotions, avec quelques très belles observations. 12 équipes ont pris part à l’évènement cette année, pour une quarantaine de participants.

Avant tout, félicitons chacun d’entre eux ! Même les équipes qui n’ont pas gagné ont obtenu un score honorable. Mais surtout, la journée s’est passée dans la bonne humeur générale et le fair-play, c’est le plus important !

Revoyons quelques faits marquants de cette édition 2023 :

– Quelques espèces peu communes, voire rares, ont été trouvées par les participants. En particulier, une jeune Mouette de Sabine a été brièvement vue par plusieurs équipes. C’est la première donnée sur le Parc depuis 2006 ! Cette espèce niche à l’est de la Sibérie et au nord du Canada. Ces dernières traversent l’Atlantique pour passer l’hiver en Afrique de l’ouest. Selon la direction du vent, certaines peuvent s’égarer sur nos côtes. C’est d’autant plus vrai pour les jeunes qui manquent encore d’expérience et ne savent pas bien utiliser les vents.

– Certains ont aussi pu apercevoir un Blongios nain. Un Moineau domestique a été entendu sur le parking, il reste assez rare sur le Parc. Les premières Alouettes lulu migratrices ont été contactées depuis le point de vue.

– Une équipe a cumulé 95 espèces différentes sur la journée, avec un total de 107 points grâce aux défis réussis. C’est le record du Big Day au Parc !

– Le nombre total d’espèces vues par toutes les équipes s’élève à 98.

À l’année prochaine !

Texte : Quentin Libert / Illustration : Jean-François Mangin

Déjà, nous voilà en août. Les canards commencent à être présents en nombre. La plupart des oiseaux muent. Les grands migrateurs sont en chemin. Mais août, ce sont aussi les grandes marées qui reviennent !

On considère qu’une marée est grande quand le coefficient est supérieur à 90. La mer va donc monter particulièrement haut, au point parfois de remplir complètement la baie. Le coefficient varie en fonction de la position relative de la Lune et du Soleil par rapport à la Terre. Lorsqu’ils sont alignés, leurs forces d’attractions s’additionnent et le coefficient est grand. Le vent peut aussi avoir une influence. Lorsqu’il vient de la mer, il pousse l’eau et augmente le coefficient. On parle de surcote. L’inverse peut aussi se produire, on parle alors de décote.

Une grande marée vue du Parc est un événement réputé. Ici la hauteur des plans d’eau ne varie pas selon la marée puisque des digues les séparent de la mer. En revanche, les oiseaux stationnant en baie ne trouvent plus suffisamment de place pour se poser. Ils vont alors se déplacer temporairement, le temps que la mer redescende. Beaucoup d’entre eux viennent se poser sur le Parc, souvent sur l’îlot des postes 4 et 5. Cela donne lieu à des rassemblements conséquents : des milliers d’Huitriers pie, des centaines de courlis, de bécasseaux, de Pluviers argentés… Cependant, cet incroyable spectacle est limité dans le temps : quelques heures tout au plus. Dès que la marée commence à redescendre, les oiseaux retournent en baie chercher dans la vase et la laisse de mer la nourriture déposée par la mer.

Lors de certaines grandes marées, le Parc vous propose une sortie en baie accompagnés d’un guide afin d’observer (parfois d’assez près) les oiseaux remontant avec le flot. C’est l’occasion de découvrir des espèces que l’on voit rarement et en grand nombre, mais aussi ce milieu particulier qu’est l’estuaire de la Somme. Si vous êtes intéressés, vous pouvez consulter les dates de sorties et réserver sur le site internet du Parc :

https://www.baiedesomme.fr/themes/?lang=1&id_lieu=14&id_article=5638#s17

Texte : Quentin Libert / Illustration : Alexander Hiley

Si l’attention et l’observation se focalisent sur ses plans d’eau et ses marais, le Parc du Marquenterre est aussi constitué de 70 hectares de prairies. Pâturées par des chevaux Henson et des taureaux Highland cattle, elles sont d’une grande richesse animale et végétale. 

Ces milieux ouverts abritent au printemps la quasi totalité des couples nicheurs de Vanneaux huppés, ainsi que de nombreuses espèces d’orchidées ; en été, on y trouve la Parnassie des marais et les jeunes crapauds et grenouilles ; enfin, Canards siffleurs et Oies cendrées s’y concentrent en hiver…

Si nos tondeuses domestiques à quatre pattes entretiennent ces prairies naturelles non amendées, elles ne suffisent pas. Les herbivores sélectionnent les plantes consommées en fonction de leur appétence, négligeant les autres qui finiront par être dominantes dans un milieu artificiel. En début d’été, les refus des animaux domestiques sont fauchés mécaniquement ou broyés selon les prairies par l’équipe de gestion des milieux du Parc. La fauche est effectuée quand la reproduction des oiseaux est terminée, mais n’est toutefois pas trop tardive non plus pour ne pas avantager les graminées alors en graines. 

Afin d’éviter le cumul des produits de fauche au sol, ces végétaux sont exportés sous forme de ballots de foin, puis utilisés pour les chevaux Henson ou par nos chevaux de trait Boulonnais. Le foin de moins bonne qualité peut servir sur les dunes et digues du littoral à fixer les siffle-vent sableux en bord de plage. 

Cet entretien humain annuel (élevage et fauchage) et programmé est indispensable au maintien de ces milieux ouverts, pour préserver le riche cortège des espèces animales et végétales qui y sont strictement liées. Car sans ce travail, les prairies évolueraient très rapidement en zone forestière.

Par exemple, le Vanneau huppé ne peut nicher dans la végétation mesurant plus de 10 centimètres de haut car elle masquerait l’arrivée du danger lorsqu’il couve. Autre exemple : en moins de dix ans, le nombre de couples nicheurs de Hérons cendrés a été divisé par deux en Picardie, avec pour raison majeure (mais pas unique) la disparition des éleveurs… et donc des prairies. 

Texte : Philippe Carruette / Illustrations : Alexander Hiley

Une mystérieuse machine a fait son apparition sur une digue du Parc, entre les postes n°10 et n°11. Mesurant près de 2 mètres de hauteur pour 150 kg, elle ne passe pas inaperçue. Mais que fait donc cette installation en pleine Réserve naturelle ? Il s’agit tout simplement d’un radar ! Pour flasher les visiteurs trop pressés pris en excès de vitesse ? Pas exactement, même si, rappelons-le, la lenteur est une qualité grandement conseillée pour observer la nature… 

Cet appareil est en fait un radar ornithologique installé dans le cadre de MIGRATLANE, un programme financé par le Ministère de la Transition Écologique et porté par l’Office Français de la Biodiversité. Il a pour objectif de mieux comprendre la migration des oiseaux terrestres et la répartition des oiseaux marins à l’échelle des façades Atlantique et Manche. Le programme, qui se déroulera entre 2022 et 2027, est basé sur l’acquisition et l’analyse de données à l’aide de techniques complémentaires : suivis télémétriques (balises GPS/GLS installées sur les oiseaux), suivis acoustiques et visuels (enregistreurs acoustiques et réseau d’observateurs), suivis aériens (observations visuelles depuis un avion) et enfin suivis par radars (ornithologiques et météorologiques). Il est mis en œuvre par différentes structures dont le MNHN (Muséum National d’Histoire Naturelle), le CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique), le GISOM (Groupement d’Intérêt Scientifique Oiseaux Marins), Météo-France, ou encore Biotope. 

La Baie de Somme est l’un des 4 sites choisis pour mettre en place ce radar, du fait de son intérêt pour les oiseaux migrateurs. L’étude, menée durant 1 à 3 ans en fonction de la pertinence des données recueillies, permettra de suivre les migrations avifaunistiques. Des données sur les chauves-souris ou les mouvements d’insectes pourront également être récoltées et transmises aux responsables d’autres programmes de suivis. 

Comment ça marche ? Le radar, autonome, fonctionne en continu : il mesure la fréquence des battements d’ailes, l’altitude, la vitesse et la direction de vol, ce qui permet non seulement de décrire au mieux les mouvements migratoires des oiseaux, mais aussi de classer les cibles détectées en grands groupes : passereaux de petite taille, passereaux de grande taille, oiseaux d’eau, oiseau de grande taille, etc.

À l’issue du programme, les équipes scientifiques de la Réserve naturelle et du Syndicat mixte Baie de Somme récupéreront les données, ce qui devrait permettre de mieux adapter les mesures de gestion.

Texte : Marion Mao, Cécile Carbonnier / Illustration : Benjamin Blondel