Non, cette drosophile n’a aucun rapport avec la marque de voiture du même nom, avec laquelle elle ne partage que le pays d’origine, le Japon. Cette petite mouche, présente sur le Parc du Marquenterre, est une espèce exotique envahissante, ravageuse de fruits rouges. 

Les espèces exotiques envahissantes (EEE) sont des espèces exotiques (inverse d’autochtone) arrivant dans un environnement où elles ne rencontrent pas ou peu de prédateurs, de parasites et de pathogènes, et dans lequel elles sont plus compétitives pour l’accès aux ressources. Les femelles de Drosophila suzukii sont en effet capables de pondre des œufs dans les fruits à peine mûrs, avant les autres drosophiles… et avant qu’ils se retrouvent dans votre dessert ! Et les plantes sauvages telles que l’églantier ne sont pas en reste, cette mouche n’épargne personne.

Drosophila suzukii (un peu floue, mais c’est bien elle !)

En résultat, moins de fruits rouges pour nous et pour toute la faune qui en dépend. Une bonne solution réside dans la lutte biologique. Celle-ci consiste à utiliser d’autres organismes pour réduire la population de l’EEE. Il est par exemple possible d’introduire son prédateur naturel (lui aussi exotique) tout en prenant garde à ce qu’il ne devienne pas à son tour… envahissant !

Texte : Jean Capelle / Illustration : Alexander Hiley, Cécile Carbonnier

Point de légende égyptienne ici, ni d’énigme œdipienne. (On vous rappelle tout de même cet épisode mythologique, au cas où vous tomberiez sur un Sphinx menaçant lors d’un prochain voyage – simple précaution : “Quel animal, pourvu d’une seule voix, a d’abord 4 jambes le matin, puis 2 jambes à midi, et 3 jambes le soir ?” La réponse à la fin de cet article…)

Cessons les devinettes et rentrons dans le vif du sujet : nous avons eu la chance de rencontrer, le mois dernier, trois superbes chenilles de Sphinx, ces papillons de nuit aux ailes triangulaires, remarquables voiliers capables d’effectuer des distances sensationnelles. Cependant l’heure n’était pas à la migration pour ces grosses mémères vagabondant au sol : elles étaient plutôt en quête d’un abri souterrain dans lequel elles pourraient se nymphoser tranquillement. 

Chacune d’entre elles se trouvait non loin de sa plante hôte : le liseron pour Agrius convolvuli, le peuplier pour Laothoe populi, et le pin pour Sphinx pinastri. Un point commun dans la famille ? Cette sorte de petite corne, nommée scolus, sur le 8ème segment de l’abdomen. À quoi sert-elle ? Mystère… On retrouve bien là le caractère insondable de notre poseuse d’énigme !

Toutefois ces papillons ne doivent pas leur nom aux questions qu’ils nous soumettent, mais à la posture qu’adoptent parfois leurs chenilles au repos : se tenant bien droites, l’avant du corps relevé, elles semblent imiter l’attitude solennelle du Sphinx (de Gizeh cette fois-ci). Attention, ne les dérangez pas ! Car alors elles se soulèvent et balancent lourdement la tête en tous sens. Terrifiant !

Voici quelques petits détails à vérifier pour reconnaître ces trois espèces : 

La chenille du Sphinx du liseron est tantôt verte, tantôt brune, voire carrément noire. Son scolus sombre, parfois coloré de jaune orangé à la base, est recourbé vers le bas. Mesurant jusqu’à 110 mm, elle possède également de jolies stries obliques blanches ou foncées sur les côtés de son corps potelé.

La chenille du Sphinx du peuplier est vert clair, jaunâtre à bleutée. Tout son corps est moucheté d’une myriade de petits points blancs granuleux, et on distingue de jolies zébrures obliques pâles. Son scolus vert pomme, jaune citron ou blanc crème est parfois rouge à l’apex. Très trapue, elle ne dépasse pas 65 mm de long.

La chenille du Sphinx du pin, quant à elle, atteint 80 mm au terme de sa croissance. Sa coloration la rend totalement mimétique de son milieu de vie : d’abord verte rayée de bandes blanc jaunâtre, elle acquiert peu à peu une ligne dorsale violacée caractéristique. Autre détail plein de charme : les minuscules ponctuations noires qui ornent ses “pattes” anales, c’est-à-dire l’extrémité de son abdomen.

Alors, grâce à tous ces indices, saurez-vous retrouver l’identité de nos trois Sphinx photographiés ici ? La réponse en cliquant sur les images ! Et voici enfin la solution à l’énigme posée par notre monstre en début d’article : “L’Homme, car au matin de sa vie, le bébé rampe à 4 pattes, à l’âge adulte il est debout sur ses 2 pieds, et vieillard, il s’aide d’un bâton – sa 3ème jambe – pour marcher.” Bravo Œdipe !

Texte et illustrations : Cécile Carbonnier

Une grosse libellule peut parfois surprendre l’observateur en ce moment. C’est l’Anax empereur avec une envergure de 11 centimètres, ce qui en fait la plus grande d’Europe. Elle se reconnaît à son abdomen bleu chez le mâle, vert chez la femelle, à bande longitudinale noire. Une autre caractéristique en vol est l’extrémité de l’abdomen légèrement courbé vers le bas. 

Les mâles sont très territoriaux et patrouillent au-dessus de l’eau d’avril à octobre des heures durant sans se poser, faisant fuir tous concurrents sur environ 2000 mètres carrés. Redoutables chasseurs d’insectes volants, ils peuvent capturer aussi des libellules plus petites comme les sympétrums. 

Les accouplements ont lieu de juin à août. La femelle pond sur les plantes aquatiques de surface. Après éclosion des œufs au bout de 3 à 6 semaines, les larves vont vivre un à deux ans au fond de l’eau avant de faire leur métamorphose au printemps. La larve aquatique respire par l’anus. Ses trachées ne s’ouvrent pas sur l’extérieur comme l’adulte aérien. 

À l’origine africaine, l’espèce a colonisé progressivement tout le sud et le centre de l’Europe et remonte maintenant jusqu’en Angleterre, à la faveur du changement climatique. Si elle préfère les mares à faible profondeur riches en végétation, on peut parfois la croiser en vagabondage territorial dans les jardins loin de l’eau, comme ce fut le cas pour M. Jean-Claude Delapillière dans son jardin de Grand-Laviers fin juillet. 

C’est souvent la première à coloniser un nouveau plan d’eau ou une mare réhabilitée. Au Parc, elle est généralement bien visible en fin de parcours sur la panne de l’ancienne grande volière avant le pavillon d’accueil.

Texte : Philippe Carruette / Illustration : Quentin Marescaux

Blotti dans les frondaisons du Parc, bien à l’abri de la pluie et du vent, un magnifique petit insecte se cache, attendant patiemment le retour du soleil pour visiter ronces, séneçons et sureaux en fleurs. Mesurant à peine 2 centimètres, son abdomen noir brillant ponctué de jaune est décoré d’un anneau carmin en son milieu, et de touffes en éventails ébène et ivoire à son extrémité. Deux longues antennes prolongent la tête couleur ardoise. Les ailes, majoritairement hyalines, ressemblent à des vitraux : leur frange est brune, et une tache rouge sang liserée de bleu pâle orne le bout de la paire antérieure. Mais ne vous y trompez pas : malgré leur aspect cristallin, elles possèdent des écailles sur leurs nervures et leur partie distale. Et qui dit écailles dit… papillon, ou lépidoptère (du grec lepís = écaille, et pterón = aile) ! 

Cette merveille nous livre vite son petit nom : il s’agit de la Sésie fourmi (Synanthedon formicaeformis). À l’instar des autres membres de sa famille, les Sesiidae, elle a la particularité d’imiter l’apparence d’un hyménoptère, ici la fourmi. Certaines de ses cousines ressemblent aux frelons, d’autres aux guêpes, ou bien encore aux ichneumons. Un moyen efficace de tromper de potentiels agresseurs qui pensent avoir affaire à des bestioles un peu trop “piquantes” à leur goût… alors qu’en réalité elles sont absolument douces et inoffensives ! Un nouvel exemple de cette formidable stratégie adaptative d’imitation appelée mimétisme batésien

Dès la première éclaircie, notre joyau ailé repart en quête d’un partenaire. Après l’accouplement, les œufs sont pondus sur des saules, exclusivement ! En effet, nos petites chenilles sésies sont exigeantes : elles ne digèrent rien d’autre. Endophages, elles migrent dès leur éclosion dans les tiges de l’arbre hôte, et le grignotent de l’intérieur, creusant de fines galeries entre le bois et l’écorce. Parfois, des galles en forme de poires apparaissent à la surface de la plante, trahissant leur présence. En fonction de la qualité du repas, elles grandiront plus ou moins vite, et se nymphoseront au bout d’une à quatre années. Grâce aux saulaies vigoureuses du Parc, souhaitons que ces trésors trouvent là tout ce dont elles ont besoin pour se transformer en splendides papillons de nuit !

Texte et illustrations : Cécile Carbonnier 

La coccinelle est une petite bête que tout le monde adore : elle s’observe facilement quand les températures grimpent. Mais peut-on vraiment parler de LA coccinelle ? Il en existe en fait plus de 6000 espèces différentes dans le monde ! Parmi elles, 126 se trouvent en France.  Alors comment les reconnaître ?

Les coccinelles appartiennent à l’ordre des coléoptères car elles possèdent des élytres, sorte de carapace mobile protégeant les ailes au repos. Lorsqu’elle veut s’envoler, les élytres s’écartent pour laisser aux ailes la place pour bouger.

La plupart des coccinelles ont des élytres rouges. C’est d’ailleurs de là que vient leur nom : Coccinus en latin qui signifie « écarlate ». Citons la plus connue d’entre elles, la Coccinelle à sept points (Coccinella septempunctata). Cependant, certaines ont des élytres jaunes (Psyllobora vigintiduopunctata), noires (Oenopia lyncea), ou même rose (Oenopia conglobata) !

Les coccinelles présentent une autre particularité : les points noirs qu’elles arborent sur le dos. Pour certaines d’entre elles,  leur nombre a donné leur nom : Coccinelle à deux points, à sept points, à vingt points, à vingt-deux points… Mais attention ! Ce critère est très variable ! Ainsi, la Coccinelle à 13 points (Hippodamia tredecimpunctata) peut n’en posséder que 9 ou 11, ses taches fusionnant parfois entre elles… Par ailleurs, bien que la plupart aient des points noirs, on trouve là aussi des variantes. Par exemple, Oenopia lyncea agnata présente des points jaunes sur ses élytres noirs. Certaines n’ont d’ailleurs pas de points (Aphidecta obliterata).

La couleur des élytres, le nombre de points ainsi que d’autres critères tels que la taille ou la présence de certains motifs sont autant de critères pouvant aider à identifier une coccinelle.

Pour plus de renseignements, n’hésitez pas à consulter d’autres sources telles que :

https://gon.bibli.fr/scan/2014_v4_2_cle_coccinelles_NPdC.pdf , une clé d’identification pour les coccinelles présentes dans le Nord-Pas-de-Calais. Le document explique bien les différents critères à regarder à travers des schémas clairs.

https://totakenature.fr/tag-clesdedetermination-cle_de_determination_des_coccinelles.html , une autre clé qui reprend plus d’espèces, mais peut-être moins pratique sur le terrain.

Bonnes prospections !

Texte : Quentin Libert / Illustrations : Cécile Carbonnier, Alexander Hiley

L’été, de juin à septembre, est la période la plus favorable pour observer les capricornes. Que ces espèces sont belles et étonnantes ! La présence de vieux saules et peupliers, et la non-gestion de secteurs boisés permettent à certaines espèces de se maintenir sur le Parc. 

L’Aromie musquée (Aromia moschata) est une de ces belles trouvailles sur un sentier. Ses élytres granuleux aux reflets cuivrés, verts, violets, rosâtres sont du plus bel effet. Elle fréquente surtout les saulaies et les vieilles aulnaies. Son nom lui vient de la sécrétion à odeur agréable de musc ou de rose émise à l’extrémité de la partie inférieure du thorax. 

Les adultes se nourrissent de sève de saule mais aussi de nectar et de pollen, notamment sur les ombellifères, ou de fruits pourris. Les femelles pondent dans l’écorce des vieux saules, les larves xylophages se développent dans ce bois mort pendant 3 à 4 ans. Les mâles se reconnaissent à leurs longues antennes dépassant la longueur du corps qui mesure de 15 à 32 mm. Encore relativement présent où le bois mort est maintenu, c’est une espèce protégée en Wallonie belge.

Texte et illustration : Philippe Carruette

Il n’aura échappé à personne que, depuis quelques semaines, les températures estivales se sont généralisées en France, et en Picardie nous avons enfin laissé les bonnets et écharpes au placard pour passer directement aux shorts !

Avec l’augmentation des températures, nous avons pu observer au Parc du Marquenterre l’émergence d’une multitude de libellules plus belles les unes que les autres : l’Anax empereur (Anax imperator), l’Aeschne bleue (Aeshna cyanea), la Libellule déprimée (Libellula depressa), le Sympétrum fascié (Sympetrum striolatum)… Aussi, de nombreuses exuvies découvertes sur les pontons aux abords des étangs et marais du Parc permettent de compléter nos informations concernant l’abondance et la diversité des espèces présentes. 

Mais qu’est-ce donc qu’une exuvie ?

Revenons un peu en arrière et voyons comment s’effectue la reproduction de ces insectes.

Au printemps, le mâle de libellule défend son territoire au-dessus des étendues d’eau. À l’approche d’une femelle, il va d’abord la saisir avec ses pattes puis s’accrocher au niveau de la tête de cette dernière à l’aide de ses appendices anaux, sortes de pinces situées à l’extrémité de son corps. Si la femelle accepte la copulation, elle courbe son abdomen sous celui du mâle pour rapprocher leurs pièces copulatrices. Ils forment alors un magnifique cœur, appelé cœur copulatoire !

L’accouplement est très rapide si le mâle ne fait que transférer son sperme dans la spermathèque de la femelle (cavité de stockage du sperme). Mais il peut aussi durer plusieurs heures si le mâle a pris la place d’un autre et doit nettoyer cette cavité pour éliminer la semence de son concurrent et la remplacer par la sienne !

La femelle procède ensuite souvent seule à la ponte, mais elle peut parfois s’effectuer en tandem selon les espèces ; c’est le cas par exemple du Sympétrum rouge sang (Sympetrum sanguineum). La femelle dépose ses œufs en vol en trempant son abdomen à la surface de l’eau. La fécondation s’effectue seulement à ce moment-là ! On parle de fertilisation retardée.

Le délai d’éclosion des œufs est de l’ordre de quelques jours à plusieurs mois pour les espèces qui entrent en dormance. Va alors sortir de cet œuf une larve vivant dans l’eau, avec un aspect très différent de celui de la libellule. On dit que la libellule est amphibiotique : la larve a une vie aquatique alors que l’adulte a une vie terrestre.

La durée de développement de la larve dépend de l’espèce et, surtout, de la température et de la richesse en nutriments du milieu aquatique dans lequel elle vit : elle peut aller de 3 mois  à 4 ans ! Pour aboutir au dernier stade larvaire, où la larve est capable de quitter le milieu aquatique pour se changer en libellule, elle aura mué entre 8 et 18 fois ! 

Cette larve aquatique se rapproche alors des berges, puis sort de l’eau pour trouver un perchoir, souvent un support vertical (tiges, pontons,…), où elle se transforme tranquillement. En quelques heures seulement, une magnifique libellule va émerger, étendre progressivement son corps et s’envoler… Il restera alors sur ces supports l’enveloppe larvaire, que l’on appelle exuvie !

Texte : Caroline Boulant / Illustrations : Alexander Hiley, Cécile Carbonnier

Voilà un nom déjà bien sympathique car, nous allons le voir, il est toujours important d’avoir pour notre bonheur une boarmie dans la vie ! Son “propriétaire” est un petit papillon nocturne (28 à 36 mm d’envergure) grisâtre clair à nuances plus ou moins verdâtres, avec deux lignes noires variables, comme une guirlande flottant sur les ailes. Il est inféodé aux forêts de feuillus ensoleillées de chênes ou de peupliers. 

Sa chenille a un régime alimentaire très spécifique constitué uniquement de lichens. Et comme la nature est bien faite, la bête rampante ressemble comme deux gouttes d’eau à son repas ! On a l’impression qu’elle a de petits fragments de lichens jaunes ou grisâtres sur le dos, et sa posture est souvent semblable à une tige sèche. Un remarquable exemple d’homochromie

Après avoir hiberné, la chenille reprend son développement en fin d’hiver pour donner naissance à la première génération de papillons en mai-juin ; la seconde émergera en été. Cette espèce simple et discrète est pourtant en nette régression en France. Elle a disparu d’Ile-de-France dans les années 1960 et ne serait plus présente dans les Hauts-de-France que sur le littoral et arrière littoral. 

En France, 70 espèces de papillons nocturnes se nourrissent de lichens sans a priori se spécialiser sur une espèce en particulier. Nombreuses sont devenues rares ou localisées, et comme les lichens elles sont des indicateurs de la bonne qualité et de la richesse de notre environnement.

Texte et illustration : Philippe Carruette