Le Grimpereau des jardins est certes localisé, mais assez commun sur le Parc en période de nidification, où la ponte commence fin avril, souvent dans un nid bien dissimulé entre le tronc et son écorce décollée. Des couples peuvent aussi occuper les nichoirs adaptés à l’espèce, ou bien s’installer dans la charpente du toit de certains postes d’observation. Ils sont surtout présents autour du pavillon d’accueil, au fond des parkings et à la héronnière, où se trouvent les arbres les plus gros sur le tronc desquels les petits passereaux aux pattes courtes et aux doigts longs et griffus peuvent grimper en colimaçon. Le bec arqué du Grimpereau est particulièrement fonctionnel pour capturer petites araignées, chenilles et larves logés dans les crevasses des écorces

C’est en mars, avec le chant, et fin juin début juillet, quand les jeunes quittent le nid, qu’il est le plus remarqué sur les secteurs forestiers. Son dos a d’ailleurs la couleur de l’écorce des arbres et les rectrices rousses de sa queue sont rigides, pour assurer une plus grande adhérence au support. Un vrai passionné des arbres !

Texte et illustration : Philippe Carruette