Avant le poste d’observation N°1, trois nouveaux arrivants vous accueillent : des moutons d’Ouessant.

C’est un petit mouton endémique de l’île d’Ouessant en Bretagne, à vrai dire le plus petit « modèle » ovin au monde, avec 45 cm au garrot pour 11 à 20 kg ! On est loin de leurs voisins bovins les Highland Cattle ! Il avait disparu de l’île bretonne au 20ème siècle du fait de sa faible rentabilité et sa productivité limitée (un seul agneau par brebis). Grâce au Groupement des Eleveurs du Mouton d’Ouessant (GEMO) en 1976 des animaux isolés ou en petits troupeaux ont été retrouvés sur le continent permettant de sauver cette race domestique qui n’est plus menacée de disparition aujourd’hui.
Seuls les mâles ont des cornes torsadées qui s’enroulent autour des oreilles à la manière de celles des mouflons sauvages. Ils ont généralement la toison noire, certains animaux peuvent être blancs ou noisette, mais tous ont la peau sombre.

Sur le parc, ils vont permettre de limiter le développement des graminées sur certains petits espaces et ainsi une diversification de la flore plus importante, mais également d’éviter la fauche mécanique (très chronophage). Cela n’évitera pas un futur étrépage sur cette zone très atterrie, qui était il y a une vingtaine d’années encore, très riche au niveau botanique (epipactis des marais, orchis pyramidal, parnassie des marais…).

Texte : Philippe Carruette / Illustration : Léa Coftier