Les tempêtes et coups de vent qui s’enchaînent sans arrêt sur notre littoral depuis plus de quinze jours sur notre littoral n’avaient pas encore donné lieu à des oiseaux pélagiques venant s’abriter sur le parc. Il faut dire que plus de la moitié des vents ont été de direction du sud ouest ou du sud plutôt favorables à la remontée des oiseaux marins en ce mois de février.

Ce fut la bonne surprise de voir pendant quelques minutes un Grand Labbe se poser sur l’eau au poste 3 au milieu des tadornes. Cet oiseau imposant à la masse comparable au Goéland marin (1200 à 1600 grammes) niche en Norvège, dans le nord de l’Ecosse et sur le littoral russe et hiverne en mer. Il se nourrit de poissons, d’oiseaux marins et comme les autres labbes il harcèle les oiseaux piscivores en vol pour leur dérober leur pêche (“kleptoparasitisme“) Il est observé presque annuellement sur le parc d’août à février avec une rare observation en juin. En 2007 sur le parc, là encore lors de forts coups de vent, 4 oiseaux ont été observés se nourrissant d’un cadavre de Tadorne de Belon le 6 janvier.