Après avoir découvert la chenille de la Noctuelle de la Patience, voilà une autre espèce digne des écharpes les plus chic, à porter au stade pour le match France/Belgique : la chenille de l’Étoilée (Orgya antiqua), que l’on nomme aussi Bombyx antique, est en effet très “punky”. Ce qui surprend d’abord ce sont ses quatre touffes de poils jaunes en brosse sur chacun des quatre premiers segments abdominaux. Puis le prothorax a de longs pinceaux noirs tournés vers l’avant, comme des cornes. Et pour rester dans le même “design”, à l’arrière on retrouve un autre pinceau. Le corps est gris foncé avec des taches rougeâtres entourées d’un cercle jaune. 

Peu exigeante, cette chenille se nourrit de toutes sortes de feuilles d’arbres et d’arbustes et on peut même la trouver sur les aiguilles de pins. Une seule génération a lieu, avec une éventuelle deuxième génération en octobre, comme en témoigne cet individu.

Le papillon nocturne, qui ne se nourrit pas, est pour le mâle assez facile à reconnaître et à observer : il a des ailes brun jaunâtre avec deux taches blanches bien visibles vers le bas. La femelle, à l’abdomen très développé, a des ailes atrophiées et se déplace peu, restant près de son cocon. Pas facile, quand on ne bouge quasiment pas, de trouver le prince charmant en été ! Elle émet alors en abondance des phéromones vite détectées par les mâles bien volants, qui les captent grâce leurs grandes antennes pectinées. C’est sûrement aussi pour cette raison que les mâles volent aussi de jour, optimisant ainsi les rencontres !

Juste un conseil pour les supporteurs, cette belle écharpe étoilée est à porter vraiment moins de 90 minutes, les poils blancs sont plutôt irritants !

Texte : Philippe Carruette / Illustrations : Philippe Carruette, Soizic Maillet