Le sentier menant au poste 1 nous fait passer sur un petit ponton en bois, sous lequel s’écoule très doucement un cours d’eau à l’aspect calme et tranquille. Mais aux yeux d’un visiteur attentif et curieux, c’est tout un écosystème aquatique qui se dévoile. Et de temps en temps, lorsque le soleil est présent, une importante masse orange ou verte évolue dans l’eau tel un nuage.

Ce « nuage » flottant est composé de centaines de petits crustacés, de 1 à 4 millimètres pour chaque individu. Ces crustacés font partie du zooplancton : on les appelle les daphnies. En zoomant sur un individu, nous apercevrions ses pattes ; inutiles pour le déplacement, elles sont utilisées pour diriger la nourriture de la daphnie vers sa bouche. Également visible, son tube digestif, ses œufs et même son cœur ainsi que ses 2 paires d’antennes, lui permettant de se mouvoir.  Ce cyclope des eaux douces et stagnantes, parfois saumâtres, pourvu d’un œil unique est protégé par une carapace translucide. À l’extrémité de l’abdomen se trouve une épine (éperon caudal) ; plus il y a de prédateurs dans le milieu, plus cette épine sera longue.

Tels les fanons d’une baleine, la daphnie filtre l’eau, emprisonnant de minuscules organismes planctoniques (phytoplancton et zooplancton).

Oh la belle rouge ! Et la belle verte ! Selon son milieu de vie et la chimie de l’eau, une même espèce peut être rougeâtre ou verte. Attirées par la lumière, on peut les observer à la surface de l’eau le jour pour les voir redescendre ensuite lorsque la nuit arrive. Cependant, une pleine lune sans nuage peut faire remonter les daphnies en surface.

Ces micro-crustacés sont très importants dans le milieu ; ils sont une grande source de nourriture pour beaucoup d’être vivants sur le Parc : limicoles (l’Avocette élégante par exemple), canards, et poissons s’en délectent. Ces derniers seront eux-mêmes mangés par des Spatules blanches, des Hérons cendrés, et autres Aigrettes. On dit également des daphnies qu’elles sont “brasseuses d’eau”, mélangeant les couches plus ou moins oxygénées, mais aussi les couches de salinités ou de densité différentes. Ce sont enfin des espèces bio-indicatrices.

Le plancton est la base de la chaîne alimentaire ! De taille insignifiante, ce zooplancton a pourtant un rôle majeur et mérite bien que nous nous arrêtions quelques minutes afin de mieux l’observer et le comprendre. 

Texte et illustrations : Eugénie Liberelle, Cécile Carbonnier