Les pannes dunaires du Marquenterre regorgent de trésors. Ces dépressions humides, où affleure occasionnellement la nappe phréatique, ponctuent le paysage de sable sans cesse sculpté par le vent marin : véritables oasis blotties au cœur des dunes, elles sont le refuge d’espèces rares et secrètes… 

Parmi elles, un amphibien aux yeux d’or et d’émeraude y a établi son royaume : il s’agit du Crapaud calamite (Epidalea calamita), parfois appelé Crapaud des joncs. Ce joli batracien au corps ramassé, vert, gris ou blanc marbré de kaki, se reconnaît à la ligne médiane jaune qui orne souvent son dos. Contrairement aux autres crapauds et grenouilles, il ne se déplace pas en sautant, mais en marchant, style unique chez les Anoures. C’est ainsi qu’il rejoint sa mare dès le mois de mars, afin d’y déposer sa plus grande richesse : ses œufs. 

Ce sont les mâles qui arrivent les premiers : à la nuit tombée, leur chœur résonne dans les dunes. Les femelles, attirées par cette douce mélopée, les rejoignent. Et les couples se forment ! Le roi grimpe vaillamment sur le dos de sa reine, qu’il saisit fermement sous les aisselles à l’aide de ses petits poings serrés, en position d’amplexus. Celle-ci pond alors un chapelet d’œufs qu’elle dépose au fond de l’eau à même le sable, ou éventuellement autour de quelques plantes aquatiques. Lui la seconde dans cette tâche en tirant sur les rubans d’ovocytes grâce à ses pattes arrière, tout en les fécondant au fur et à mesure. Puis le couple se sépare, et quitte la mare : ne reste que la ponte, constituée d’un ou deux cordons comptant chacun plusieurs milliers d’œufs. Dans une semaine, si les conditions le permettent, des têtards verront le jour, petits princes des pannes dunaires. Pirates, prenez garde ! Le Crapaud calamite est protégé par la loi, comme tous ses cousins amphibiens ! Adepte des milieux pionniers où la végétation demeure modeste (mousses, lichens), il est souvent le premier à conquérir les mares nouvellement créées, leur confiant ses colliers d’œufs, promesses de vie. Alors respectons ce monarque fragile, d’autant plus qu’il est inscrit sur la liste rouge régionale de la faune menacée en Picardie. 

Texte : Cécile Carbonnier / Illustrations : Benjamin Blondel, Alexander Hiley, Cécile Carbonnier