La fin du mois de septembre marque le début de la migration des roitelets.

Le roitelet huppé est une boule de plumes de 8,5 à 9 cm, c’est le plus petit oiseau d’Europe. Ces passereaux insectivores ne pèsent rarement plus de 6 grammes.

Cet oiseau déborde d’énergie, il est hyperactif ! Continuellement en train de voleter, il passe de branches en branches, agitant sans cesse les ailes et la queue. Plutôt difficile à garder dans les jumelles ! Il sait tout de même signaler son arrivée avec son cri fin et très aigu tel un gazouillis, difficile à entendre pour certains.

Octobre est un mois important pour la migration rampante, bien visible depuis le point de vue du parc. Elle concerne principalement les mésanges, roitelets, grimpereaux… Ils se déplacent de jour, en petits groupes, et d’arbre en arbre, de buissons en buissons, tout en cherchant leur nourriture.

Ce type de migration va leur éviter de parcourir de longues distances à découvert, mais aussi à la vue des prédateurs ou d’autres dangers.

Les principales zones de nidification des deux espèces de roitelets sont « différentes » : le huppé niche principalement dans le Nord de l’Europe, en Scandinavie et en Russie, tandis que le roitelet triple-bandeau se reproduit lui dans de Nord et l’Ouest de l’Europe (pas plus haut).

Généralement ce sont leurs cousins, les roitelets triple-bandeau, qui ouvrent le bal et sont les premiers à atteindre les pins du Marquenterre. Plus tard, la première quinzaine d’octobre, c’est au tour des roitelets huppés de débarquer en nombre.

Lors de la séance matinale de baguage du 16 octobre, dans le cadre du PHENO, une quarantaine de roitelets huppés ont été bagués. Le 19 octobre, un jeune mâle d’un an bagué au pays bas a été contrôlé.

Texte : Léa Coftier / Illustration : Alexander Hiley