Depuis le décès de notre mascotte au printemps 2019, nous n’avions pas revu de grue.

Le 14 novembre 1994, un individu ayant une fracture à l’aile (totalement cicatrisée) est découvert au marais du Crotoy, seul et non volant. Grâce au personnel du parc, elle a été gardée en liberté depuis cette date afin de poursuivre paisiblement sa vie, au sol.

Malheureusement, le moment difficile de la mue de printemps était de trop, nous ne l’avons jamais revue

Les passages des grues en migration se font rares en Picardie maritime, car ce n’est tout simplement pas leur couloir migratoire principal. Il relie le nord de l’Alsace, la Lorraine et la Champagne-Ardenne à l’Aquitaine et les Hautes-Pyrénées en passant par la Bourgogne, le Centre et le Limousin.

Ces migrations d’automne ont pour but d’atteindre l’Espagne et l’Afrique du Nord pour l’hivernage. Cela n’empêche pas à certains oiseaux de passer l’hiver en France.

Au printemps, elles gagnent leurs zones de reproduction dans le Nord de l’Europe, en Scandinavie ou encore en Russie.

Sur le parc, nous notons tout de même quelques individus en migration de printemps (mars et avril) mais aussi et surtout en automne (octobre, novembre) lors des descentes vers le Sud. Tout ça grâce aux vents changeants ! Nous avons même eu la chance d’avoir un hivernage de 2 individus (1 adulte et 1 jeune) en 2012.

Surprise matinale du 19 octobre pour les guides, une grue cendrée marchant paisiblement dans la prairie du poste 7, fait son apparition. Ce grand échassier gris ardoisé, d’1 mètre à 1m30 de haut et d’une envergure de plus de 2 mètres ne passe pas vraiment inaperçue.

Les vents d’Est de mi-octobre ont légèrement décalé les passages vers l’Ouest plusieurs groupes en vol ont ainsi été aperçu à cette période.

En passage migratoire, les grues en France ont une zone de halte favorite, le Lac du Der ! 4 800 hectares d’eau et/ou de vasières (plus grand lac artificiel d’Europe) créé en 1974, pour réguler les niveaux d’eau de la rivière Marne qui alimente la Seine et ainsi éviter les crues. Forcément attirant pour ces migrateurs en quête de calme.

Le 18 octobre dernier, déjà 53 445 grues sont comptées le matin au Lac du Der.

Texte : Léa Coftier / Illustrations : Alexander Hiley et Eugénie Liberelle