Il nous arrive encore quelquefois, lors des chaudes journées estivales comme aujourd’hui, d’avoir des appels de jardiniers qui ont des colibris dans leur lavande. Et je me souviens l’année dernière au marché d’Etaples-sur-Mer d’un attroupement autour d’un bac en fleurs pour l’observation d’un “couple de colibris” en butinage. Cela nous avait même donné l’idée, avec France 3 Picardie, d’un reportage du 1er avril sur l’invasion de ces minuscules oiseaux en Picardie… 

Point (hélas) de migrateurs sud-américains ou Martiniquais, mais juste un petit papillon de 3 centimètres aux mœurs étranges pourvu de deux antennes (les oiseaux n’en ont pas… sauf s’ils sont équipés d’un émetteur de suivi scientifique !). 

Le Moro-sphinx (Macroglossum stellatarum)  est un papillon nocturne qui est… diurne !  Il est relativement commun en Picardie de mars à octobre, avec des données plus éparses en février et début novembre. Originaire du bassin méditerranéen, il remonte chaque printemps, surtout lors des saisons sèches (et elles ne vont pas manquer !) pour chercher les gaillets sur lesquels il pond ses 200 petits œufs verts. La chenille verte rayée de jaune dans sa longueur porte la corne caractéristique des sphinx à l’extrémité de son corps. 

Ses mouvements migratoires le font remonter bien au nord, jusqu’en Finlande et même l’Islande (700 km de traversée au-dessus des flots !). Il faut dire qu’il peut voler en continu jusqu’à 50 km/h. Mais sa réputation d’oiseau-mouche lui vient de son vol stationnaire, avec marche arrière incluse, en face des fleurs. Il peut faire 75 battements par seconde, rendant la vision de ses ailes floue. Un danger survient, il peut se laisser tomber en chute libre, un vrai hélicoptère sécurisé ! 

Tous ces efforts pour sortir une trompe (et non un bec !) de 2,5 centimètres pour pomper le précieux nectar des fleurs. Il a inventé la paille coudée pour accéder aux corolles non accessibles à bien d’autres insectes. Le pollen ne l’intéresse pas, même s’il aide très modestement à la pollinisation en transportant quelques grains sur sa trompe. Cette cadence infernale de nourrissage de plante en plante lui a donné le nom populaire de “mouche folle”, rendant les photographes tout aussi fous ! Notre sphinx a une préférence pour les fleurs bleues : au Parc, on le trouve souvent sur les vipérines sur la dune en descendant du point de vue. A priori, il ne voit pas celles qui sont rouges, et les blanches le laissent plutôt indifférent. 

Si vous voulez tout savoir sur ce passionnant insecte, une seule et unique référence bien évidemment : le numéro 86 de La Hulotte, le journal le plus lu dans nos terriers ! 

Et merci à Georges et Monique Deparis pour ces magnifiques clichés !

Texte : Philippe Carruette / Illustrations : Georges et Monique Deparis