Jeudi 7 octobre, après des journées de pluies et de coups de vent, les conditions s’améliorent, gage pour nous de moments favorables à la migration. En matinée, dans les sentiers, les cris de contact des passereaux se font de nouveau entendre. 166 Spatules blanches stationnent au poste 7 dans de belles lumières, dormant ou faisant leur toilette, un chiffre encore important en ce début d’octobre. 

En début d’après-midi, surprise : plus de 450 oiseaux sont présents au même endroit ! Des vols en migration se succèdent au-dessus des digues ou des pinèdes. Attirées par la “masse blanche”, certaines se posent, d’autres continuent leur voyage. Un minimum de 514 oiseaux est finalement compté. Les Spatules sont toutes posées ensemble, à faible distance. En baie de Somme, Clément Parissot en compte 220 en migration vers le Sud, en cinq vols. 

Le record en stationnement simultané sur le Parc était de 474 le 4 août 2021, et 469 le 5 août 2015. Ce chiffre de 514 est aussi exceptionnel pour la période, le pic de la migration pour les oiseaux nordiques étant dans la dernière décade de septembre. Ce décalage est imputable à une reproduction tardive due aux pluies et aux coups de vent de juin et juillet, et à des conditions défavorables fin septembre pour les habituels départs.

Mais il est aussi indéniable qu’un nombre plus important d’oiseaux à tendance à partir de plus en plus tard des colonies du Benelux, comme l’atteste la tendance à l’augmentation des stationnements en octobre sur le Parc (maximum de 188 le 4/10/2019, 141 le 3/10/2014, 120 le 4/10/20, 135 le 8/10/18, 58 le 3/10/2016, 72 le 3/10/15, 80 le 3/10/2013, 34 le 7/10/2013). Au moins 30 oiseaux étaient porteurs de bagues colorées (Pays-Bas, Allemagne, Danemark…).

Texte : Philippe Carruette / Illustrations : Alexander Hiley