Aujourd’hui nous portons notre œil sur le fantôme des roselières. En effet, son plumage strié lui procure un excellent camouflage. Très précautionneux et assez sensible aux dérangements humains. C’est un oiseau qui est assez dur à saisir en observation. 
 
Il appartient à la famille des Ardéidés, couramment appelés échassiers. Le bec en forme de poignard en est d’ailleurs un très bon exemple. Son régime alimentaire est majoritairement composé de poissons mais il n’hésite pas également à attraper insectes, amphibiens…
 
Le Butor étoilé affectionne les étendues de roseaux bordant les eaux peu profondes. Lui permettant de pêcher à l’affût. Quand il est dérangé, il adopte une posture montée parmi la végétation. Son cou et sa tête sont tendus, le bec lui vers le ciel. Cette pose lui permet de surveiller les environs jusqu’à ceux que le danger ou l’intrus s’éloigne. 
 
La scène que vous pouvez observer dans la vidéo présente le comportement de parade d’un individu, qui a été enregistré le 14 Février au sein du poste 4 dans le Parc. C’est en effet une zone de roselière particulièrement favorable où il est régulièrement observé actuellement. 
 
Dès la fin de l’hiver et avec les jours qui rallongent de plus en plus, bon nombre d’oiseaux sont stimulés par des poussées hormonales. En vue notamment de pouvoir séduire une femelle pour pouvoir créer un couple.
 
On notera par ailleurs qu’en 2021 un individu a été observé le 30 mai dans la même zone étudiée. Cette donnée plus que sérieuse confirme encore l’intérêt d’une reproduction potentielle vers le secteur des postes 4 à 6 où les roselières bien en eau sont les plus larges.
 
Toutefois, l’observation de parades nuptiales reste exceptionnelle. Et les témoignages relatant ces faits le sont tout aussi. Les gonflements de plumes de la gorge, la présence de deux adultes proches bec en l’air sans agressivité. On traduit cela en des comportements prometteurs.
 
Un 2ème butor a aussi été aperçu dans le même coin de roselière que celui de la vidéo. Il se pourrait bien peut-être que ce soit une femelle désintéressée pour l’instant. Où tout simplement un autre mâle de passage. 
 
Quoi qu’il en soit, nous comptons bien continuer à les observer attentivement. En espérant la création d’un couple si possible ! Ce qui aboutirait peut-être à leur installation en tant que nicheur sur le site. Si cela arrivait, ça serait ainsi une 1ere pour le Parc depuis sa création.  
 
Texte: Florian Garcia (Guide Naturaliste)
Photo: Eugénie Liberelle (Guide Naturaliste)