Un peu de froid,  premières vraies gelées, c’est une bonne occasion d’offrir comme cadeau de fin d’année… une mangeoire à passereaux. Choisissez la  (ou mieux  construisez la !) toujours  avec un toit qui protège la nourriture des intempéries. Vous la disposez sur un piquet au centre du jardin près d’arbres mais aussi bien visible de votre fenêtre ou de séjour comme une « télévision naturelle » au programme jamais démodé !  Question approvisionnement, faites simple, très simple. Les graines de tournesol conviennent à tous : verdiers, pinsons, mésanges, sitelles Des morceaux de gras de bœuf crus et surtout jamais salés (les aliments salés  sont dangereux et ne sont pas assimilables par les oiseaux sauvages) ou des boules de graisse permettront d’autres acrobaties au peuple des mésanges.  Dans un jardin de Rue sont ainsi baguées chaque année en hiver entre 200 et 350 Mésanges bleues et charbonnières dont certaines ont été ensuite contrôlées dans le Nord Pas de Calais, en Belgique ou aux Pays Bas. Pommes pourries ou poires flétries déposées au sol feront naître querelles et postures d’intimidation aux Merles noirs et Grives musiciennes, vite départagées peu équitablement par les voraces étourneaux au « savoir vivre » disons plus limité

Une mangeoire peut facilement accueillir entre novembre et mars une trentaine d’espèces différentes. Des observations inattendues peuvent avoir lieu comme ce Pic épeiche suspendu aux cacahuètes fraîches avec la coque que vous avez pris soin d’enfiler  patiemment en guirlande à un fil de fer. Une Fauvette à tête noire peut être candidate à hiverner, le mâle avec sa calotte noire, la femelle avec sa calotte marron. Ce sera sans nul doute l’occasion d’observer des espèces plus rares comme le Moineau friquet en total perte d’effectifs dans notre région. Des Gros becs nous sont signalés dans beaucoup de mangeoires suite à la belle migration d’octobre. Une mangeoire n’est d’autant plus attractive que si votre jardin est riche en buissons, haies et arbres fruitiers. Eléments importants :  n’activez votre mangeoire que de novembre à février et pensez à désinfectez de temps en temps le plateau à l’eau de Javel pour éviter les risques d’infections.  Vous n’êtes vraiment pas bricoleur ? Vous trouvez des mangeoires dans les jardineries, ou aux boutiques de la Maison de la Baie à Lanchères ou au parc du Marquenterre et deux excellents bouquins aux éditions Delachaux et Niestlé : « Nourrir les petits animaux en hiver » et « la Nature sous son toit » de Jean François Noblet.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *