Comme nous l’avons vu dans un article précédent, la Rainette arboricole est relativement commune sur le Parc (même si elle est classée « vulnérable » sur le livre rouge des espèces en France) et fait, à juste titre, depuis quelques années le bonheur des photographes quand elle se dore au soleil sur les feuilles ou les rambardes de bois. Il faut dire que sa couleur vert tendre (pomme Granny comme je dis aux enfants) est particulièrement photogénique ! Mais elle peut changer de couleur en fonction de la température ambiante, de l’hydrométrie et du support où elle se trouve. Ce jeune individu sur des Eupatoires chanvrine en graine (photo) a ainsi une bien jolie couleur dorée, et avec une lumière tout aussi avantageuse quand Emilie Tartart a su découvrir cette discrète « petite pépite d’or » ! Dans les années 2000, un individu bleu a même été observé sur le Parc, couleur plus « fréquente » chez la Rainette méridionale.

Attention, le matin quand la rainette se dore au soleil, il ne faut jamais oublier que pour elle ce comportement est une activité capitale et même vitale pour reprendre chaleur et énergie permettant d’être active ensuite pour la recherche de nourriture. Approcher trop près son appareil photo, bouger la végétation (qui gêne bien sûr!) peut la déranger et la faire repartir dans la végétation sans qu’elle est rechargée suffisamment ses batteries… Vous vous voyez dérangé durant votre sieste dominicale ?!

Texte : Philippe Carruette – Photo : Emilie Tartart.