Le Phalarope à bec étroit est un petit échassier nichant en Scandinavie et en Russie, passant ensuite la majeure partie de son temps en haute mer en migration pour finalement hiverner le long des côtes du Golfe Persique et de l’Océan Indien… Un sacré périple migratoire en boucle. Il a cette particularité rare que le mâle est moins coloré que la femelle puisque celle-ci parade et est polyandre laissant au mâle le soin de s’occuper seul de la couvée et de l’élevage rapide des poussins.

Un juvénile est observé le 6 septembre au poste 5 profitant des niveaux d’eau bas et de la chaleur pour se nourrir de la manne d’insectes en surface. Observé tous les ans et demi de 1973 à 1993, ce Phalarope est observé maintenant quasiment chaque année de 1994 à 2017 au Parc. Comme au niveau national, la majorité des données concerne la migration post-nuptiale. Mais les observations de printemps augmentent aussi (8) s’étalant du 28 avril (1986) à la mi-juin. Avec le réchauffement climatique les périodes de forts vents augmentent obligeant les oiseaux à fréquenter de plus en plus le Parc comme zone refuge. Le Parc du Marquenterre est devenu un des lieux les plus réguliers en France (environ une cinquantaine d’oiseaux observés par an) pour l’observation de ce petit limicole.

Deux autres individus ont été aperçus aujourd’hui (15/09) en Baie de Canche par des guides du Parc.

Texte : Philippe Carruette – Photo : Vincent Caron.