Octobre est le mois le plus important pour la migration rampante. Celle-ci concerne surtout les mésanges, roitelets, grimpereaux… Ils se déplacent de jour en groupes d’arbres en arbres, de buissons en buissons tout en recherchant leur nourriture, et en évitant le plus possible de parcourir de longues distances en milieu totalement ouvert. A priori pas d’invasions de Roitelets huppés ou de Mésanges noires cette année à l’inverse de 2017. Plus de 100 Roitelets triple bandeau ont été bagués le 19 septembre et quelques oiseaux isolés en octobre au fond des parkings. Un individu bagué l’année dernière fut contrôlé ce qui est rare montrant la fidélité au lieu de halte migratoire. Malgré que ces oiseaux mangent leur propre poids de nourriture (arachnides, pucerons, collemboles…) nous sommes vraiment dans les poids plumes avec des oiseaux dépassant rarement les 6 grammes (la plus petite masse a été de 4,3 grammes ! ). Et pourtant ces oiseaux nous arrivent surtout du Nord est de l’Europe. Dans notre région, il est considéré comme nicheur dans les grandes forêts de l’Oise et de l’Aisne et il n’est pas prouvé comme nicheur sur le Parc (à l’inverse du Roitelet huppé) avec l’absence de données en mai et juin. Mais le Parc dans le cadre des programmes du Centre de Recherches sur le Baguage des Oiseaux est un des sites français les plus importants pour le baguage des roitelets et des Mésanges noires.

Texte : Philippe Carruette – Photo : Alexander Hiley.