C’est presque chaque année que les observatoires du Parc sont occupés par un tout petit oiseau, discret et rapide… Rencontre avec le Troglodyte mignon :

Il tient la seconde place des oiseaux les plus petits d’Europe (derrière les Roitelets) mais possède un chant très puissant s’élevant à 96 dB à 1 m (soit l’équivalent d’une moto) avec une portée pouvant aller jusqu’à 500m ! Le mâle délimite ainsi un territoire où il pourra construire plusieurs nids de mousse (entre 3 et 12) dans un trou, un boisson dense, la cavité d’un mur ou entre les poutres d’un observatoire… Les femelles, plutôt effacées et silencieuses, se déplacent entre les différents territoires à la recherche d’un nid à leur convenance. Lorsqu’elle passe sur son domaine, le mâle parade et l’attire vers les différents nids de son territoire… Elle ne choisit donc pas le mâle, mais le nid qu’elle s’empressera de finaliser avec de la mousse et des plumes.

Enfin, après accouplement, c’est la femelle qui s’occupera seule de la couvaison et du nourrissage. Ce n’est qu’à la sortie des jeunes du nid que le mâle les accompagnera à l’extérieur, notamment pour trouver un dortoir en fin de journée.

Texte : Clément Parissot – Photo : Maëlle Hello