L’hiver au parc, chacun prend plaisir à retrouver les grands rassemblements de canards venus du nord est, d’oies, mais aussi climat changeant oblige, de spatules ou de Barges à queue noire. Mais il ne faut pas oublier de jeter un regard attentif sur le sommet des roselières aussi petites soient-elles. Si, comme un clin d’oeil, sautille de tige en tige un petit oiseau aux couleurs chaudes avec une longue queue, il y a des chances que ce soit des Panures à moustaches. Le nom de cette espèce illustre les sombres « bacchantes de plumes» que portent le mâle de chaque côté de son bec couleur ivoire.

Superbe « design » mais les femelles et les juvéniles ont aussi des couleurs du plus bel effet pour se fondre dans ces phragmitaies. Grâce aux aménagements des milieux sur la réserve naturelle depuis 8 ans cet oiseau rare en France (5 à 7000 couples) est de plus en plus visible sur le Parc. Le dimanche 4 janvier 2015, 2 mâles et un juvénile sont observés dans une petite roselière au poste 6.

Si un oiseau presque de la même couleur avec une queue courte, fréquente un milieu identique, il y a des chances que vous soyez en présence de la Rémiz penduline.

Même si elle est observée en plus grand nombre dans notre pays en migration en provenance de l’est, il ne reste qu’une cinquantaine de couples nicheurs. Une « candidature » pour une extinction nationale sans que l’on n’en sache vraiment les raisons fondamentales. De 1973 à 1993 une seule observation, de 4 oiseaux, a eu lieu sur le Parc  le 27 septembre 1992.

Depuis, l’espèce a elle aussi bénéficié des récents aménagements des milieux favorisant bas marais et zone palustre au détriment des saulaies et zones atterries. Là aussi, d’abord contacté en mouvements postnuptiaux, on assiste à un hivernage depuis 2012 avec 2 adultes notés le 28 janvier et 3 le 8 février, et un juvénile le 6 janvier 2015.

Un « truc » pour ajouter une chance de belle rencontre, la Rémiz penduline raffole des tiges marrons toutes plumeuses que sont les inflorescences de typhas (les massettes, jouet par excellence de l’école buissonnière…!).