Le Merle noir est sûrement l’oiseau le plus commun de votre jardin, aussi bien en ville qu’à la campagne (une des 10 espèces les plus abondantes de France avec 5 à 8 millions de couples).

Pourtant sous ses airs sympathiques de «communs » et « locaux » il peut être lui aussi un bien grand migrateur. Les Merles noirs migrent surtout en nombre de nuit, même si au point de vue ces jours ci on les voit passer par ciel clair, souvent en compagnie des Grives musiciennes. Leur migration a commencé discrètement à la fin septembre pour vraiment s’intensifier fin octobre début novembre. Seulement 10% à 15% de nos merles nichant dans le nord de la France sont migrateurs (ils hivernent en péninsule ibérique, en Aquitaine ou en Bretagne). Ceux-ci qui nous survolent, grâce à l’analyse des bagues, nous arrivent de Belgique, Pays Bas, Suède voir parfois d’Angleterre et même de la Baltique jusqu’en nord  Russie.

Plusieurs dizaines d’oiseaux sont bagués chaque année sur le parc et à proximité (Rue, Noyelles…)