Au lever du jour des cris de contact aigus, à peine audibles, s’entendent au-dessus des maisons… Il s’agit des Pipits farlouses en pleine migration. Repérés dans un ciel bleu avec les jumelles, leur vol bondissant en groupe dispersé le confirme. Plus tard c’est au tour des Goélands bruns. Leur grandes envergure aux ailes fines, les fait plus facile à repérer cette-fois-ci, eux aussi, en provenance d’Afrique, ont entamé leur grand voyage vers les régions nordiques. Ils ont les ailes gris foncées et le ventre blanc immaculé. Contre un ciel bleu le contraste des couleurs est splendide ! En fin de matinée dix Spatules blanches survolent Arry, un village en arrière littoral. Elles tournent sur une colonne d’air chaud avant de “glisser” doucement vers le nord. Nul besoin d’être à la campagne pour créer son propre “spot” de suivi de migration. Ces observations ont été signalées la semaine dernière à Rue, Abbeville, et au centre-ville d’Amiens… Poussées par le besoin de retrouver au plus vite les meilleurs territoires de reproduction, des milliers d’oiseaux migrateurs filent vers le nord survolant notre territoire. Pour profiter du spectacle, il suffit de lever les yeux…

Mais comment sait-on que le Héron cendré en vol lent et régulier au-dessus de notre maison, appartement, ou studio est en migration et pas simplement en train de faire ses “courses de première nécessité” au bassin du voisin ? Comment sait-on que la Buse variable qui tourne en altitude a mis le cap sur la Scandinavie et n’est pas juste un oiseau “local” en train de se dégourdir les ailes ?

 

 

 

Il faut déjà prendre en compte les conditions météo. Grand soleil, ciel bleu, températures élevées.. Le beau temps continue à nous narguer en ce moment. Et on ne peut même pas en profiter ! Nul besoin alors d’écouter les prévisions ! Pas si vite! Mettez-vous dans la tête d’un oiseau. Après tout, pour eux la météo joue un rôle crucial dans leur survie… voilà une bonne raison d’écouter Evelyne Dhéliat jusqu’au bout ! Ce beau temps printanier est synonyme de migration. Alors c’est parti pour guetter au ciel depuis votre balcon, fenêtre ou transat (pour les plus chanceux!).

Si un ciel dégagé permet aux oiseaux de mieux se repérer aux traits de côtes, vallées, fleuves (ou la lune et les étoiles pour les migrateurs nocturnes), encore faut-il surtout que le vent soit bien orienté pour économiser un maximum d’énergie.  Nul doute qu’un vent de dos est  plus propice pour migrer efficacement. Logique. Faire du vélo avec un vent de face est moins rigolo, non ! Cependant, par vent de sud les oiseaux risquent de voler très haut, à peine perceptibles même avec une paire de jumelles puissantes. L’altitude moyen d’un vol migratoire se situe entre 800 et 1500 mètres !

L’observation de la migration active est rendu plus facile par un vent de face (est ou nord-est au printemps, sud ou sud-est à l’automne). Les oiseaux volent plus bas, et sont donc plus visibles, car la vitesse du vent est freiné par les obstacles au sol. Les “spotteurs” aux sites de suivi en Baie de Somme raconteront les matinées avec des milliers d’hirondelles et de martinets qui passent à toute vitesse “dans les cheveux” par vent nord-est. En général les journées pluvieuses sont à éviter. Tous, sauf les migrateurs les plus robustes et de rares espèces comme les tarins,  s’accorderont une petite pause et évitent de lutter contre les éléments. Ils continueront leur périple dès la prochaine accalmie.

N’oubliez pas de mettre votre réveil ! Certes c’est bien dur de se motiver à se lever tôt pendant le confinement mais, comme le dit le proverbe anglais, “the early bird catches the worm” (traduction: “l’oiseau qui se lève tôt capture le premier vers” ou plutôt “le jour appartient à ceux qui se lève tôt”) ! Et puis on fera la grasse matinée… demain !    Le meilleur créneau pour observer la migration est dès le lever du jour.  Après quelques heures de vol, en mi-matinée, le flux ralentit. Une pause ravitaillement s’impose pour la plupart des migrateurs. Leur voyage reprendra le lendemain ou même à la tombée de la nuit. Si vraiment vous n’êtes pas matinal, rassurez-vous, vous n’êtes pas le seul ! Rapaces et cigognes ne commencent à s’activer qu’à partir de la fin de matinée quand l’air est réchauffé et les ascendances thermiques leur permettent de planer avec beaucoup plus de facilité. Hirondelles et martinets peuvent aussi continuer leur migration toute la journée. Adaptés à se nourrir en plein vol il ne sont pas obligés de s’arrêter pour “refaire le plein” à l’inverse des autres grands voyageurs.

A vous de jouer alors. Prenez un thé, café, ou même un petit apéritif ou une bière locale (toujours avec modération… pour les migrateurs de l’après-midi !), positionnez-vous face au sud, carnet et jumelles en main. “Balayez” le ciel et essayez de repérer les oiseaux qui passent. La séance d’observation peut démarrer ! Observez, notez, laissez-vous emporter par la magie de la migration des oiseaux… le confinement devient loin.  Pourquoi ne pas se fixer un créneau tous les matins ? Au fil des jours la diversité d’espèces va évoluer. Vous serez sans doute étonné par tout ce qui passent au-dessus de chez vous….