Ce 1er avril, trois Bihoreaux gris (Nycticorax nycticorax) sont observés dans la héronnière. La première reproduction avérée de cette espèce sur le site a eu lieu en 2002, mais les effectifs observés restent toujours faibles. En effet, les populations de Bihoreaux gris sont en forte régression en Europe, notamment du fait de la destruction des zones humides, du dérangement sur les sites de reproduction et de la pollution des eaux.

L’oiseau est reconnaissable à sa silhouette trapue, son cou large et court, ses pattes courtes. L’adulte a la calotte et le manteau noirs, alors que les ailes, le croupion et la queue sont gris, et que les parties inférieures sont blanchâtres. De plus, en période de reproduction, il porte deux longues plumes blanches sur la nuque.

Le Bihoreau gris est une espèce aux mœurs principalement nocturnes qui lui auraient donné son nom. Selon Buffon, « la plupart des naturalistes ont désigné le bihoreau sous le nom de corbeau de nuit (nycticorax) et cela d’après l’espèce de croassement étrange, plutôt de râlement effrayant et lugubre qu’il fait entendre pendant la nuit ».

C’est lors de la période de nourrissage des jeunes que l’observation de l’espèce sera la plus facile, car les poussins n’attendront pas le crépuscule pour réclamer à manger ! Les adultes quitteront donc régulièrement la héronnière, même en journée. Nous espérons voir ces prochains jours le mâle offrant des branches à sa femelle, l’invitant ainsi à construire un nid ; souhaitons y trouver des jeunes dans quelques semaines !…

Texte : Marion Mao

Illustrations : Eric Penet

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *