Les fortes chaleurs du mois d’août sont favorables aux insectes. Que ce soit sur le littoral ou à l’intérieur des terres, nombre de personnes ont remarqué les mouvements importants de papillons blancs, les Piérides. Cette deuxième génération estivale file plein sud dans de véritables mouvements migratoires. Ce sont majoritairement des Piérides du choux (Pieris brassicae), plus grandes, mais aussi d’autres espèces plus petites comme la Piéride de la Rave et peut être celle du navet.

Au point de vue du Parc du Marquenterre, plus de 380 individus sont comptés en 3 heures le 10 août au matin. Sur la même durée, 180 le 11 août vers le sud, traversant le massif dunaire et la baie de Somme en vol isolé mais aussi par petits groupes. Le 11 août de nombreux individus traversent également la baie d’Authie, au port de la Madelon. Leur vol est très direct, soutenu et les papillons ne s’intéressent guère au butinage. Si certains traversent bas dans les pinèdes, la majorité monte en altitude et passe au-dessus de la cime des arbres. Moins nombreux, des Vulcains (Vanessa atalanta) passent aussi en migration (78 en 3 heures le 10 août). Ce papillon sombre à bandes rouge-orangées sur les ailes, a un vol puissant pouvant atteindre 35 km/h (et il faut être rapide pour les suivre aux jumelles) ! On sait que bon nombre d’entre eux viennent d’Angleterre et descendent sur la côte atlantique. Ils vont, dans leur cas, vivre bien plus longtemps que les piérides puisqu’ils vont passer l’hiver à l’état adulte et pondre au prochain printemps (les piérides passent elles l’hiver en chrysalides et non au stade d’adulte).

Phénomène nouveau, on constate maintenant que des Vulcains hivernent maintenant dans notre région. La perception de la migration des papillons est déjà mentionnée en 1100 en Bavière sur des papillons blancs (probablement des piérides) et en Angleterre en 1508.

 

Texte : Philippe Carruette / Illustration : Clément Parissot