En juin, les mâles de Grenouille verte sont en pleine parade nuptiale dans les mares et les fossés du parc les plus profonds  (limitant l’accès aux oiseaux pêcheurs à pattes !).  Les sacs vocaux (amplificateur de sons) blanc gris se gonflent pour diffuser des coassements ronflés et très sonores entrecoupés de cris typiques « ouack ouack », émis en chœur de jour comme de nuit.

Comme pour les crapauds, les mâles sont plus petits (jusqu’à 9 cm) que les femelles avec les callosités grises sur le pouce permettent de se maintenir sur les femelles au niveau des aisselles. Dès l’émission des ovules par la femelle, le mâle s’empresse de les féconder dans l’eau (fécondation externe). Les femelles vont pondre ainsi entre 3,000 et 10,000 œufs. C’est la température de l’eau qui va dicter le temps d’éclosion, de quelques jours à une dizaine de jours voir même l’échec si les eaux restent trop froides comme l’année dernière…

Photo: Jean Bail