Chez les Canards, plusieurs espèces pratiquent ce que l’on appelle la « migration de mue » (renouvellement du plumage). C’est le cas par exemple du Canard pilet, de la Sarcelle d’hiver ou encore du Tadorne de Belon. Chez ce dernier, un phénomène très visible et intéressant se produit durant cette période…

Tous les individus ne participent pas à cette petite migration, notamment la plupart des femelles adultes. Les premiers à partir sont les oiseaux qui n’ont pas niché ou les immatures et ils se regroupent essentiellement sur les côtes allemandes de la mer du Nord. Les nicheurs, eux, les rejoindront plus tard. Mais si tout le monde ne part pas, c’est qu’il faut bien prendre soins des canetons encore très vulnérables qui ne deviendront indépendant qu’à l’âge de 45-50 jours de vie. C’est alors que se forment des… crèches ! Un ou plusieurs adultes sont « missionnés » pour veiller sur une vingtaine de petits en moyenne (ce chiffre peu monter jusqu’à plus de 100 !), issus de couples différents. En ce moment sur le Parc, une crèche de 23 canetons est visible sur l’un des plans d’eau du parcours bleu, parfois rejoint par un couple et ses 7 petits présent sur le même étang.

Texte : Clément Parissot – Photos : Mélanie Siron.