Le jeudi 27 septembre par une belle fin de matinée ensoleillée et un léger vent d’est une jeune Cigogne noire survole seule le Parc. Profitant de ces bonnes conditions, elle file plein sud-est sans s’arrêter, direction le Burkina ou le Niger, sa destination finale d’hivernage. Depuis juillet 16 Cigognes noires ont survolé le Parc, une année moyenne (28 en 2016, 29 en 2017) mais c’est pour l’instant la première et seule observation pour septembre 2018. Les oiseaux ont tendance à passer de plus en plus tôt en migration postnuptiale avec un pic d’observation se décalant fin juillet (au lieu de mi août dans les années 1990) et maintenant une quasi absence de données pour septembre. Les Cigognes noires remontent de plus en plus tôt sur leur site de reproduction dans le nord-est de la France, la Belgique et l’Allemagne, les juvéniles qui sont très majoritaires à l’ouest du couloir de migration s’émancipent donc plus tôt. Mais il sera peut être encore possible d’observer des migratrices tardives puisque les données les plus tardives sur le Parc sont le 17 octobre 2016 et même le 10 novembre 2014 !

Texte : Philippe Carruette – Photo: Alexander Hiley.